Les options de soins pour le kyste pilonidal

kyste pilonidal

Le kyste pilonidal ou sinus pilonidal est une poche qui se forme au niveau de la partie supérieure du sillon interfessier ou du coccyx. Ce phénomène ne présente généralement aucune gravité. Néanmoins, en cas d’inflammation et d’infection, il faudrait consulter rapidement afin que le médecin puisse évaluer les différentes solutions envisageables pour le soigner.

Quelles sont les principales causes du kyste pilonidal ?

Le kyste pilonidal touche plus les hommes que les femmes ainsi que les jeunes adultes (l’âge moyen étant de 21 ans pour la gent masculine et 19 ans pour la gent féminine). Il est généralement dû à un poil incarné ou un poil dur. Mais d’autres facteurs peuvent aussi favoriser l’apparition de ce nodule comme les antécédents familiaux, la pilosité, l’obésité, le tabac et le travail sédentaire. Le port de vêtements serrés régulièrement ainsi que le fait de rester assis d’une manière prolongée sur le long terme peuvent également accroître le risque de développer une inflammation. Enfin, un traumatisme ou une intervention chirurgicale au niveau de la partie supérieure du sillon peut en être la cause.

On reconnaît facilement un kyste pilonidal via la présence d’un gonflement indolore au niveau du sillon interfessier. Néanmoins, au fil du temps, la présence d’une douleur insupportable, la formation de nodule sous-cutané et de pus, le durcissement de la peau, la présence de sang au niveau du kyste et le durcissement de la peau sont des signes avant-coureurs qui doivent inciter l’individu à consulter dans l’urgence. La survenue d’une fièvre est aussi possible. En tout cas, ces symptômes disparaissent normalement au bout de quelques jours. Pour plus d’informations, rendez-vous sur lechatsur.fr.

Comment traiter le kyste pilonidal ?

En cas de kyste pilonidal, il faudrait consulter rapidement un médecin pour éviter tout risque d’aggravation puisque jusqu’à ce jour, il n’y a pas encore de traitement naturel contre cette maladie. La prise d’un médicament est, en effet, indispensable pour apaiser la douleur. Il est aussi possible d’appliquer directement une vaseline ou une mousse phénolique sur la partie concernée pour soigner le kyste.

En général, le praticien recommande une incision et un drainage de la zone touchée lorsque l’infection est importante. Après l’intervention, il est essentiel de respecter les consignes du médecin pour favoriser la cicatrisation et éviter les risques de récidives. S’agissant d’une plaie localisée, la prise d’un antibiotique n’est forcément pas nécessaire.

Depuis quelques années, certains professionnels de santé proposent un traitement au laser. L’objectif est de brûler la paroi du kyste. L’avantage, c’est que la technique est moins invasive et la cicatrisation est très rapide. En plus de cela, l’intervention est indolore et le risque de récidive est quasi nul.

Comment se déroule l’opération ?

La résection chirurgicale est le traitement conventionnel pour soigner le kyste pilonidal. Cette technique permet d’enlever intégralement le kyste. L’opération se déroule sous anesthésie générale en ambulatoire. Les praticiens laissent la plaie telle qu’elle est pour éviter une nouvelle infection. C’est la raison pour laquelle le délai de cicatrisation est très long (deux mois en moyenne). À la sortie de l’hôpital jusqu’à la cicatrisation, il existe des soins spécifiques qu’il faudrait confier à des infirmiers pour minimiser les risques de récidives.

En outre, il faudrait maintenir la zone propre tout au long de la journée. Et pour accélérer la guérison, le port de vêtement serré qui peut causer des frottements ou comprimer la plaie est déconseillé. De même, prenez une des pauses régulièrement si vous travaillez en position assise pendant de longues heures. Enfin, l’hydratation et l’alimentation jouent un rôle crucial dans la cicatrisation. Par conséquent, buvez suffisamment et mangez sainement.

Attention ! Si la plaie ne se referme pas, une nouvelle opération peut être envisagée.

Choisir son assurance santé : Gagner du temps grâce à un comparateur en ligne
A quel moment faut-il souscrire une mutuelle santé ?